mardi 13 juillet 2010

INTRODUCTION




Un article de Jean-Pierre Lassalle – intitulé « André Breton et la Franc-Maçonnerie »- a révélé aux profanes l'existence d'un noyau de franc-maçons actifs, dès les années cinquante, à l'intérieur et en périphérie du groupe surréaliste parisien. Ces individus étaient liés à une Loge de la Grande Loge de France portant le titre distinctif de Thebah (« l'Arche » en hébreux) et fondée en 1901.

La Grand Loge montre quelques  divergences fondamentales avec le Grand Orient de France, plus intéressé par l'implication politique et sociale, la question de la laïcité et l'humanisme moderne. La Grande Loge de France, l'autre branche importante de la franc-maçonnerie dans ce pays, en représente le versant plus traditionnel et ésotérique. Elle se rattache au Rite Écossais Ancien et Accepté.

Le Rite écossais ancien et accepté est l'un des rites maçonniques les plus répandus dans le monde. Il fut fondé en 1801 à Charleston, aux États-Unis, sous l'impulsion de John Mitchell et Frederic Dalcho. L'organisation des cérémonies rituelles propres aux différents degré d'initiation est codifiée sur la base des Grandes Constitutions de 1786.

Selon Jean-Pierre Lassalle,  le recrutement de la loge Thebah « était sélectif et l'on y trouvait nombre d'esprits originaux, à la fois tournés vers la tradition et ouverts aux novateurs ». L'écrivain ésotériste René Guénon y fut initié en 1912.

« En quelques années, nous dit Lassalle, la Loge Thebah rassembla en son sein plusieurs Surréalistes parmi lesquels (René) Alleau, Elie-Charles Flamand, Bernard Roger, Guy-René Doumayrou, Roger Van Hecke, Jean Palou. » Le nom de Patrick Négrier doit aussi être cité. Pour ce qui est du docteur Henri Hunwald, ses relations avec le mouvement surréaliste sont malheureusement peu documentées.

Nous verrons plus loin que presque tous pratiquent l'alchimie. Parmi ces individus, René Alleau,  Guy-René Doumayrou et  Bernard Roger entretiennent toujours des relations avec les surréalistes de Paris.

Dans la pétition « Le Grimoire sans la formule », lancée en 2003 suite aux menaces de vente du contenu de l'ancien atelier d'André Breton, on retrouve les signatures de Lassalle, Flamand, Doumayrou et  Alleau, aux côtés de celles d'Emmanuel Fenet et Michael Lowy, deux participants au Groupe de Paris du Mouvement Surréaliste.

Les Éditions Arche, basées à Milan, ont publié Les Rituels authentiques de la Loge Thebah, en 1983.

Extrait de l'avertissement du Vénérable, prononcé lors de la réception de l'Apprenti :  « Je vous avertis pour la dernière fois que, quoique nos épreuves soient toutes mystérieuses et emblématiques, elles n'en sont pas moins terribles et telles que beaucoup y ont succombé ».

Ces épreuves sont de courts « voyages ».

Le premier voyage est « l'emblème de la vie humaine: le tumulte des passions, le choc des divers intérêts, la difficulté des entreprises, les obstacles que multiplient sous vos pas vos concurrents empressés à vous rebuter, tout cela est figuré par le bruit et le fracas qui ont frappé vos oreilles et par l'inégalité de la route que vous avez parcourue »...  Le deuxième et le troisième voyage sont respectivement une purification par l'eau et par le feu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire